.

Comprendre la culture

Quand on pense sécurité, on pense d’abord aux comportements risqués des opérateurs de terrain, et souvent l’accident est perçu comme la conséquence d’une erreur humaine de l’opérateur.

Pourtant, les comportements ne sont que la partie visible de l’activité.

La culture sécurité est « l’ensemble des manières de faire et de penser partagées par ses acteurs de l’entreprise ». Or, si les manières de faire sont visibles, les manières de penser sont plus difficiles à capter : il s’agit de faire la lumière sur les valeurs et les croyances, issues de l’histoire, des succès et des fiertés, mais aussi des difficultés, craintes et déceptions vécues par vos équipes. Et c’est de loin cette partie invisible qui a le plus d’impact sur les comportements.

Une approche top-down

Les comportements des opérateurs ne sont souvent pas ce qu’il faut transformer en premier.

Un des facteurs influençant le plus le comportement des opérateurs est celui de leur manager. Son exemplarité, son exigence, sa curiosité, sa capacité à donner du feedback et à emmener ses collaborateurs ne sont que quelques-unes des qualités de leader dont il doit faire preuve pour avoir un impact sur ses équipiers.

Or, son métier est parmi les plus difficiles : souvent pris en étau entre son équipe et les volontés imposées par sa propre hiérarchie, le manager doit parfois improviser avec des compétences qui ne s’enseignent pas dans les écoles. En tant que pilier essentiel de l’engagement de ses équipes, c’est lui qu’il faut accompagner en premier dans la transformation !

Souriez, c’est sérieux !

Le leadership et la sécurité sont des sujets sérieux, mais pourquoi les traiter avec gravité ? Professionnels sans se prendre au sérieux est la marque de fabrique tispego.